Le Monde de Karis

Forum de RPG fantasy, basé sur un monde créé de toute pièce, par des amoureux des livres et de l'heroic fantasy.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les dunes

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Les dunes le Mer 2 Aoû - 12:54

Voici un lieu où il vaut mieux ne pas s'aventurer. Majestueuses mais mortelles, les dunes du désert forment des vagues gigantesques que chacun admire et que tous redoutent. Elles sont traversées par un petit chemin, que certains croient créé par des créatures magiques, qui ne disparaît jamais sous les sables, qui n'a jamais été caché par les dunes, qui traverse fréquemment des oasis luxuriantes. Cependant, il est certain qu'il se cache des trésors grandioses derrière le mystère de ces falaises de sable...



Dernière édition par Le Conteur le Mar 8 Aoû - 17:35, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-karis.forumactif.com

2 Re: Les dunes le Mar 8 Aoû - 17:27

Le vent portait une rumeur. Une énigme terrifiante, extraordinaire, et surtout alléchante. Enfin, elle l’était pour Eska. La jeune femme jaguar marchait d’un pas rapide sur le chemin de sable et repensait à la veille. C’était un après-midi brûlant et elle s’était donc assise au frais à une table dans une célèbre taverne à l’entrée de la grande ville marchande de Kargaal, à la frontière du désert et de l’Empire. La bâtisse, située dans le quartier le plus pauvre de la ville, était bondée, ce qui avait permis à Eska de passer inaperçue malgré son apparence peu banale. Qui aurait prêté attention à la petite silhouette encapuchonnée et silencieuse qui sirotait tranquillement son verre dans un coin de la grande pièce principale ? De son point d’observation, et grâce aux sens aiguisés que lui prêtait sa condition de créature mi-humaine mi-animale, elle entendait la plupart des conversations qui se déroulaient tout autour d’elle dans le brouhaha chargé d’alcool.

Parmi ces conversations, plusieurs avaient attiré son attention. Les gens étaient frénétiques et se racontaient à tout va, et de façon désordonnée les détails d’un événement hors du commun qui aurait frappé un groupe de caravanes marchandes qui avaient entamé le long voyage à travers le désert pour rejoindre Kargaal. Eska avait tendu où elle pouvait ses oreilles pointues couvertes de fourrure beige tachetée pour recueillir le plus d’informations à propos de cette attaque. Car il s’agissait bien d’une attaque à les entendre. Mais pas par des bandits, non. Il était question de quelque chose de bien plus colossal et qui effrayait les hommes dont la vie dépendait de l’afflux continu qui existait entre la ville marchande et la capitale du désert. Cette nouvelle semblait remettre en question l’interdépendance des deux cités : les gens avaient peur et n’osaient plus emprunter cette route qui avaient été jusqu’à lors la plus sûre pour traverser les immenses dunes de sable brûlant qui s’étendaient sur des kilomètres.

L’agression n’avait fait que quelques rescapés. Ceux-là avaient su retrouver leur chemin jusqu’à la frontière qui n’était plus qu’à quelques heures de marche. Depuis, les rumeurs allaient bon train, mais toutes s’accordaient sur, au moins, une chose : une créature gigantesque et démente était apparue et terrorisait les voyageurs. C’était cela qui intéressait tout particulièrement la jeune guerrière Brise-Lame : elle avait besoin de se mesurer à des défis comme celui-là. Elle avait souri sous sa capuche pendant que son cœur s'était emballé à cause de l’excitation.

-Je vous le jure, s'était exclamé un homme gros et rougeaud à une table non loin, ce monstre avait des écailles, comme un dragon !

-Les dragons ont disparu depuis bien longtemps, tu divagues, avait répondu son voisin avec un regard sceptique.

Un dragon. Eska n'avait entendu parler de ces créatures qu'une seule fois depuis qu'elle avait quitté le camp du Canyon. Elle avait vu une illustration sur les murs d'un temple à Melisk et elle avait rêvé de se mesurer à l'un d'entre eux. Aujourd'hui, elle avait la chance de pouvoir rencontrer une créature qui effrayait autant les hommes de ce temps que ceux de l'ancien quand les dragons foulaient encore le sol et les airs. Elle pourrait enfin prouver la valeur de sa race, sa fierté et son courage. Elle voyait cet événement comme le tremplin pour une vie meilleure. Sur ces pensées encourageantes, elle s’était levé, avait ramassé sa lance et quitté la fraîcheur de la taverne pour le soleil écrasant de l'après-midi, en quête de fournitures de voyages, avec pour destination la route qui traversait le désert et cette étrange créature qui terrorisait les marchands.

Elle marchait donc avec un air déterminé, préparée à se battre comme les héros des légendes qui avaient bercé son enfance. Le soleil déclinait, le crépuscule s’installait en colorant les dunes de rouge. La jeune femme chercha donc un coin près de la route pour installer son campement. Les choix n’étaient pas légion, elle monta donc rapidement une tente de fortune pour s’abriter du sable avant que le vent ne se lève et alluma un feu pour éloigner le froid du désert. Elle s’assit en silence, prépara un maigre repas qu’elle mit sur le feu et se perdit dans ses pensées en contemplant les flammes en attendant la fin de la cuisson.

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Les dunes le Mar 8 Aoû - 19:31

Lin regardait les chariots transportant les corps des victimes. C’était un marchand ambulant passant par-là qui les avait trouvé. Ils étaient trois en tout à marcher autour de la charrette. Deux hommes étaient assis parmi les morts, les yeux écarquillés d’effroi. Ce n’étaient pas les premiers à avoir été victime de cet événement si soudain.

Lin savait d’où ils venaient, mais son pragmatisme l’empêchait d’y croire. Toutes les victimes de ces attaques avaient en commun d’avoir subit la fureur d’une créature énorme et assoiffée de sang, à en juger par les coups de griffes gigantesques sur le torse des morts. Certains étaient même brûlés.

Lin se trouvait à l’entrée de la ville, là où les ruelles de sable de Frahir-Kargal se rejoignaient pour former la grande route qui serpentait sans risque au milieu du Désert. Elle portait un poncho noir coiffé d’une capuche pour se protéger de la chaleur et de la lumière aveuglante du soleil. Elle faisait rouler discrètement ente ses doigts la pierre parfaitement ronde qui ne la quittait jamais. Une main énorme se posa soudain sur son épaule et un homme bâti comme une montagne pointa du menton la petite procession macabre.

- J’ai du mal à croire à ces histoires de Dragon, dit-il, ces hommes ont bien été attaqués par quelque chose, mais je ne connais pas de créature assez grande qui correspondrait à ces élucubrations de fous… et les Dragons pour moi c’est de l’histoire ancienne.

- Tu as raison, répondit Lin, même le Dragon des Eaux, vénéré par les Sydros a disparu depuis bien longtemps. Pourtant il s’agissait d’un Dieu.

- Ne me parle pas des Sydros, frissonna Torald, ces maudits tueurs et détrousseurs !

- Tu tues pour de l’argent, Torald, répliqua Lin dans un sourire.

- Ouais, mais moi je ne prends pas l’excuse d’un soi-disant trésor pour tuer des gens, je le revendique haut et fort ! hurla-t-il.

Lin sourit devant la stupidité de ce geste. « Cet homme est un imbécile » grogna Ténaris à son oreille. Torald avait toujours détesté les pirates et personne ne savait vraiment pourquoi. Mais cela n’avait pas d’importance.

Lin voulait connaître la raison de ces attaques meurtrières, pour plusieurs raisons : d’abord, elle s’ennuyait, et Ténaris allait commencer à devenir incontrôlable. Ensuite, il s’agissait de l’endroit le plus fréquenté du désert, et sans la route qui permettait aux voyageurs de trouver le chemin, Frahir-Kargal allait tomber. Or, Or’azin dépendait de ravitaillements provenant de la ville principale du Désert. C’est pourquoi Lin avait répondu présente à l’appel de Salandron pour enquêter sur ces attaques mystérieuses.

- Bien, moi j’ai du boulot, la route est longue jusqu’à Ossam, dit Torald avant de tourner les talons vers la route devenue si dangereuse.

Lin lui emboita le pas. Elle l’avait accompagné car elle savait qu’il se rendait à Ossam et elle appréciait de pouvoir faire le chemin avec quelqu’un d’aussi enjoué. Ils s’avançaient sur le chemin tracé entre les dunes en tendant l’oreille au cas où ils tomberaient sur la fameuse créature. Ce qu’ils n’espéraient pas pour tout dire. L’après-midi était bien entamé quand Torald décida de prendre congé de la jeune femme.

- J’ai entendu dire que les attaques avaient eu lieu par ici, dit-il en jetant un œil aux environs, je te laisse ici, Lin et viens à bout de ce « Dragon » pour moi, hein ?

On entendait à la manière dont il avait accentué le mot « dragon » qu’il n’y croyait toujours pas. Lin le salua et regarda autour d’elle. Elle serra son sac de toile rempli de victuailles et quitta la route sans toutefois la perdre de vue. Elle marcha un peu jusqu’à ce que le soleil disparaisse à l’horizon. C’est à ce moment qu’elle aperçut un point lumineux au loin. Elle ralentit légèrement mais continua de s’approcher.

Lorsqu’elle fut en bonne vue, elle distingua un feu de camps autour duquel était assise une personne. De son point de vue, elle ne semblait pas hostile, plutôt petite, ses gestes étaient fluides et calmes. Le seul objet dangereux était la lance près d’elle. Lin estima que cette personne ne représentait pas un danger et s’approcha du camp.

- Bonjour, puis-je me joindre à vous ? demanda-t-elle ne sachant pas trop à qui elle avait affaire.



Dernière édition par Aïlina Orossa le Jeu 10 Aoû - 13:44, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Les dunes le Mer 9 Aoû - 23:42

La jeune femme marchait en silence sur les dunes de sables, ses armes rangées et la tête baissée. Son voile noir la protégeait du sable que le léger vent transportait. L’air s’était rafraichi, si bien que sa panthère ne semblait pas souffrir de la chaleur.
Elle était perdue dans ses pensées… cette mission que lui avait confiée la reine … pouvait-elle vraiment l’accomplir seule ? Si ses craintes étaient vérifiée, la tâche risquait d'être trop grande …
La veille elle avait assisté à un spectacle étrange et désoeuvrant. Un marchand  était entré dans les rues de Frahir-Kargal, en panique. Ses habits étaient déchirés, brulés, trois griffes énormes semblaient lui avoir ouvert le torse et il saignait abondamment. Il n’avait pas de sacs ni de caravane qui le suivait. Le peu de cheveux qui lui restait semblait avoir brûlé et sa peau était noircie. C’était beaucoup trop d’éléments qui dérangeaient Léonore. Quelle bête avait bien pu infliger une telle infamie à un marchand sans défense ?

- Gardes …. A l’aide !

Les gardes avaient accourus de tous côtés, en vain. De la ruelle sombre adjacente, Léonore avait pu entendre les derniers mots du marchand « désert », « dragon », « caravane ».Un dragon … cela fait des centaines d’années que l’on n’en avait pas vu. Ces créatures qui semaient la terreur et régnaient dans les cieux étaient considérées comme éteintes depuis lors. Mais le désert était sa seule piste qu’elle avait trouvée en deux semaines… Et si un dragon était vraiment vivant, cela expliquait le fait que Mère l’ait envoyé en mission… Elle était donc partie vers ce territoire hostile.

Soudain un grognement d'Ayen sa panthère la ramena à elle. Elle fit un geste de la tête pour montrer une lueur qui brillait dans l’obscurité. Léonore se tendit, il n'était pas rare de tomber sur des groupes de bandits ou même des marchands dans cette zone. C'est la raison pour laquelle on ne pouvait jamais savoir à l'avance si voir un feu de camps était une bonne nouvelle.
Devant elle semblait se trouver un petit campement, une seule tente, trop petits pour être des bandits, trop petits pour être des marchands "Sûrement un vagabond, ou un aventurier. Probablement un aventurier, il y a un peu de vagabond dans un paysage aussi hostile ..." Léonore s'approcha encore.

Une femme-bête se tenait près du feu. Sa lance se trouvait non loin d’elle. Sa musculature fine témoignait des nombreux combats qu’elle avait pu mener dans sa vie. Cependant elle ne semblait pas hostile ni sur ses gardes. Non loin d’elle une jeune humaine semblait vouloir s’approcher du feu de camps, elle non plus de semblait pas hostile. La maîtresse de l’ombre ne parvenait cependant pas à voir les armes qu’elle pouvait posséder, et cela la dérangeait.

Léonore regarda sa panthère, elle semblait être d’accord sur le fait qu’elles pouvaient s’approcher. L’elfe se détendit mais resta tout de même prête à dégainer ses dagues si le besoin s'en faisait sentir, puis elle et son compagnon s’approchèrent :

- Puis-je partager le feu avec vous mesdames ?



Dernière édition par Léonore le Jeu 10 Aoû - 21:26, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Les dunes le Jeu 10 Aoû - 18:57

Lors d'une escale à Karghal pour vendre quelques unes de ses trouvailles et pour tenter de trouver des compagnons de voyage, Dorghal entendit plusieurs fois une rumeur de dragon dans le désert. L'appel de la curiosité, au bout de la troisième fois qu'il entendit cette rumeur, il décida de se renseigner sur la situation. Un instant plus tard il était à la recherche d'informations, qu'il recueillit facilement avec quelques transactions dont il a le secret. Plusieurs de ses contacts lui ont affirmé qu'effectivement, une de ces créatures de légendes était de retour pour une raison inconnu, mais lui devait la trouver. Il se dirigea alors dans une de ses planques et profita de l'occasion pour inaugurer un prototype dont il avait eu l'idée étant petit : un voilier des sables. Sa sortie de la planque fût rapide et il se retrouva rapidement dans le désert.
Après quelques minutes, il aperçu une lumière au loin alors que l'heure tournait et que la lune préparait son arrivée. Il s'y dirigea et c'est surpris qu'il vit trois jeunes femmes autour d'un feu, surprises elles aussi qu'un "pirate" puisse naviguer même dans un désert. Il creusa rapidement dans le sable à l'aide de son pouvoir de glace qu'il commençait à pouvoir utiliser seul, pour enterrer l'encre sous le sable. C'est en riant de tout son souffle qu'il proposa à ces étrangères si elles acceptaient un pirate à leur côté pour découvrir ce que le désert pouvait nous cacher comme secrets.
Dorghal avait quelque chose qui pouvait détendre l'atmosphère qui régnait au milieu du désert : de très bon vivres ! Il exposa ses vivres aux demoiselles attendant de voir comment la situation allait évoluer.

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Les dunes le Jeu 10 Aoû - 19:57

Les flammes dansantes créaient une lueur mouvante dans les yeux dorés de la jeune guerrière qui n’avait pas bougé un poil et attendait patiemment, accroupie, les bras autour des jambes. Une odeur d’épices émanait de la petite casserole sur le feu, ce qui n’empêchait pas ses narines de capter les senteurs qui provenaient du désert. Sous sa grande capuche, ses oreilles percevaient le moindre son, le moindre mouvement qui se jouait atour d’elle. Au bout de quelques minutes, elle sentit un mouvement dans l’air et une odeur inhabituelle. Ses oreilles se dressèrent, à l’affut, mais elle ne laissa paraître aucune tension dans ses mouvements qu’elle voulait fluides et sans hostilité.

Lentement, une silhouette sortit des ténèbres du soir. Du coin de l’œil, Eska vit qu’il s’agissait d’une femme, à l’odeur qu’elle était humaine. De taille moyenne, elle se déplaçait avec une aisance inhabituelle pour quelqu’un de sa race. Mortelle. C’est le premier mot qui lui vint à l’esprit pendant qu’elle observait la jeune femme s’approcher du camp d’un pas silencieux, mais encore trop bruyant pour l’ouïe fine de la femme jaguar. Néanmoins, un autre mouvement attira l’attention de la femme-bête. Toujours en ne laissant rien paraître de sa nervosité (ayant vécu isolée, seulement entourée des siens, durant de longues années, Eska n’avait pas l’habitude de la compagnie des étrangers, et cela la rendait méfiante. Peut-être aussi à cause de l’instinct animal caractéristique des hommes et des femmes de sa race), elle serra dans sa main droite l’amulette bleue qui ne la quittait jamais.

-Bonjour, puis-je me joindre à vous ? lança la jeune humaine.

Eska leva ses yeux fauves sur elle. Mais elle ne répondit pas, attendant que l’autre présence sorte de l’ombre. Eska était contrariée : elle était incapable de reconnaître les mouvements de la créature qui les observait, même avec l’aide de l’amulette qui lui permettait de percevoir l’aura intérieure des créatures vivantes -et mortes- qui étaient à proximité, et lui donnait des informations précieuses sur leur constitution. D’autant plus qu’il n’y avait pas une présence, mais deux ! et elles étaient bien plus puissantes physiquement qu’un humain normal. Cependant, la distance ne lui permettait pas d’avoir plus de détails si ce n’était qu’elles ne semblaient pas vouloir combattre.

Ainsi, Eska se détendit et attendit qu’elles approchent également. Soudain, elle se raidit. Une énorme panthère suivait la créature svelte et élancée qui avançait d’un pas agile, précis et au moins aussi meurtrier que l’humaine qui était devant elle. La jeune femme jeta un œil à la lance à côté d’elle pour vérifier qu’elle pourrait se défendre en cas d’attaque et regarda l’animal avec une moue dédaigneuse. La belle créature demanda elle aussi à se joindre à son camp. Eska ouvrit la bouche pour répondre lorsqu’elle entendit un bruit effroyable. Un navire colossal fendait les sables et jeta l’encre à quelques mètres des trois femmes ahuries. Instinctivement, elle se leva et attrapa sa lance de la main gauche, serrant arme et amulette jusqu’à ce que les jointures de ses doigts griffus deviennent blanches.

Eska ne pensait pas pouvoir rencontrer tant de personnes dans un désert et ne savait pas comment réagir face à tant d’inconnus, surtout lorsqu’on lui présentait des vivres. La jeune femme regarda longuement les trois étrangers serrant de plus en plus fort sa lance et son amulette, qui, pourtant, ne lui indiquait aucun danger. Elle rejeta un regard mauvais à la panthère. Son amulette lui révélait un lien invisible pour les autres, qui liait l’animal à son maître. Elle remarqua également un étrange fils liant l’humaine à quelque chose caché dans son habit. Elle entreprit de se détendre et s’assit lentement en posant sa lance. Elle ne savait pas de quelle race était la femme à la panthère et encore moins l’homme au visage bleu qui venait si hardiment lui proposer ses vivres. Que voulaient-ils ? Pourquoi étaient-ils là ? Savaient-ils pour la créature qui terrorisait les marchands ? Allaient-ils la gêner pour sa quête ?

-Peut-être, répondit-elle enfin à la première question avec un air méfiant en contemplant sa lance. Mais pourquoi est-ce que je devrais vous accepter dans mon camp ?, ajouta-t-elle en parlant doucement. Hormis l’humaine je n’ai jamais vu de créatures comme vous, pourquoi vous ferais-je confiance ? D’ailleurs, je n’ai besoin de personne et j’ai de quoi survivre dans le désert. D‘autant plus que je suis ici pour une raison bien précise, je ne veux pas qu’on me gêne.

Elle leva les yeux sur les inconnus, lâcha enfin son arme -ses doigts étaient douloureux- se servit un bol de nourriture et commença à manger tout en les gardant à l’œil, accroupie devant le feu.

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Les dunes le Jeu 10 Aoû - 22:15

Lin releva les yeux lorsqu’elle entendit la voix d’une femme demandant elle aussi à se joindre au camps. Une bête énorme la suivait d’un pas gracieux et la jeune humaine vit briller des yeux bleus au-dessus du voile noir qui lui cachait le visage. « Fais attention, c’est une elfe et elle est puissante » chuchota Ténaris à son oreille.

- Chut, souffla Lin en jetant un œil rapide aux autres pour voir s’ils l’avaient entendue.

Ténaris était un esprit, mais n’hantait pas le corps d’Aïlina. Lorsqu’elle parlait, tout le monde pouvait potentiellement l’entendre, même si elle faisait attention de souffler ses paroles à l’humaine le plus bas possible. Lin était donc obligée de lui répondre, elle aussi, à voix haute.

Alors que la personne au coin du feu ouvrait la bouche pour parler, un vacarme se fit entendre dans son dos. Lorsqu’elle se retourna, elle vit un bateau glissant sur le sable chaud du désert. Un homme descendit du navire des sables et se planta devant le feu avec des victuailles à proposer. Lin le regardait approcher, les yeux plein de méfiance et d’hostilité. A croire que l’instinct de Torald déteignait sur elle, mais le pirate la repoussait. Son arrivée avec cet air enjoué et ces aliments présentés sur un plateau d’argent ne lui inspiraient pas la confiance qu’ils auraient dû engendrer.

Au moment où cet homme mis pied à terre, la personne près du feu se leva, elle aussi surprise et prête à répliquer si le pirate sydros tentait quelque chose. Mais ce qui la surprit le plus, ce fut l’aspect physique de cette femme. Elle avait déjà vu des elfes et des sydros au plateau d’Or’azin, mais cette femme ne correspondait à rien de ce qu’elle avait déjà vu. Ses yeux étaient fauves et elle portait une tenue qui ne lui rappelait rien. De plus, des griffes acérées remplaçaient ses ongles au bout de ses doigts et lorsqu’elle parla, elle vit les crocs dans sa bouche.

- Ténaris ! prévint Lin dans un chuchotement discret.

- Je surveille tes arrières, répondit Ténaris.

- Et toi qu’es-tu donc ? demanda fermement Lin en s’adressant à la créature devant elle, méfiante et agacée des paroles prononcées par la femme.

Elle avait écarté les pieds pour se donner une position plus stable et avait posé la main sur la dague dans son dos, sous son poncho. Mais tout cela, avait été fait avec le plus de discrétion possible pour n’alerter personne. La femme s’était accroupie et mangeait, semblant les ignorer.

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Les dunes le Ven 11 Aoû - 11:51

Le bateau qui arriva des sables  et l’homme qui en descendit surprirent tout d’abord la jeune femme qui se ressaisit vite. La moindre seconde d’intention pouvait coûter la vie, et le tatouage qu’elle s’était fait sur sa cicatrice à l’œil en était la preuve. Elle lança sa main dans son dos comme pour sortir une flèche puis se ravisa, il était préférable de ne pas rien ajouter à la panique déjà présente. « Il vaut mieux calmer le jeu, tentons de trouver un terrain d’entente ». Mais Léonore vit le regard mauvais que la femme-bête lança sur sa panthère. Elle sentit la colère lui monter, surtout lorsque la créature attrapa sa lance, ce qui agita Aywen qui ressentait ses émotions via le lien spirituel qui les unissait. Sa panthère comptait énormément à ses yeux et elle n’aimait pas qu’on la regarde ainsi, et encore moins qu’elle risque d’être menacée par une arme. Sa panthère grogna et montra les crocs, mais l’elfe la calma d’un geste gentil.

- Shhhh, tout doux, tout doux.

Tout le monde à l’exception du pirate semblait tendu. « Il doit être extrêmement fort, ou extrêmement fou pour être aussi calme ». Cependant l’archère n’arrivait pas à choisir entre les deux. L’humaine quant à elle avait la main dans le dos, cachée sous sa cape noire et semblait se parler à elle même. Elle pensait sûrement avoir été discrète, mais la vision nocturne des elfes ainsi que l’œil et l'ouïe affûtés de Léonore changeait la donne. « Probablement une dague ou une épée courte, une masse tout au plus ».

- Ne dégaine pas ton arme humaine, ce serait dommage de faire couler le sang ce soir.

Elle s’assit près du feu et sa panthère se coucha près d’elle, la tête sur les pattes avant, prête à bondir si le danger se présentait. Aywen ne semblait pas vouloir quitter la femme-jaguar des yeux, ressentant un savant mélange de mécontentement et de curiosité.
La maîtresse de l’ombre baissa le voile noir qui protégeait son visage du sable d'un geste gracieux, pour que l’on puisse découvrir son visage. Puis elle posa son arc à côté d’elle. Elle avait toujours ses dagues sur elle, cachées sous sa cape noire au cas où elle n’aurait pas le temps de décocher une flèche. Elle sortit de son sac du riz enveloppé de feuille de vigne, c’était de la bonne nourriture pour les elfes. Léonore se tourna vers la femme-jaguar :

- J’ai moi aussi de quoi vivre dans le désert, et je suis moi aussi ici pour une bonne raison dit-elle calmement. Pour ce qui est de la confiance ...

Elle haussa les épaules et laissa le silence planer un court instant.

- Je n’ai jamais vu autant d’aventuriers seuls réunis au même endroit. Je pense que nous sommes tous ici pour la même chose.

Elle laissa le silence s’installer une fois de plus et croqua dans ses vivres. La nourriture l’avait toujours aidé à s’apaiser. Léonore jeta un coup d’œil tour à tour aux autres aventuriers.

- Viens t’asseoir pirate du désert, partageons un repas et des informations. Je veux bien de la viande pour ma bête, cependant je te demanderai de mordre dedans en premier.

En tant qu’assassin, elle en connaissait un rayon en poison. Elle avait même quelques fioles d’anti- venins pour les poisons les plus courants dans ses sacoches. Elle ne pensait pas que la nourriture était empoisonnée, et si c’était le cas, ce ne devait pas être un poison rare. Mais elle voulait que la confiance s’installe parmi les quatre personnes. La route avait été suffisamment longue et les personnes présentes avaient l’air d’avoir un peu de bon sens, elle espérait ne pas se tromper et que la situation ne tournerait pas en bain de sang.

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Les dunes le Ven 11 Aoû - 16:29

Voyant que l'atmosphère tendu pouvait s'améliorer, Dorghal s'avança calmement avec son sac de nourriture. Pour montrer qu'il était digne de confiance, il coupa un bout de chacun de ses victuailles pour en manger un bout. En réponse aux inquiétudes des autres, il s'exclama :" HAHA ! Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas du genre à empoisonner la nourriture, elle est bien trop sacrée à mes yeux pour être ainsi souillée !"

En signe de bienveillance, il leva lentement ,à la vue de toutes, les armes qu'il portait et fit signe qu'il allait les poser au sol un peu plus loin. Il leva aussi sa longue veste et son chapeau pour exposer correctement le fait qu'il ne portait rien de dangereux sur lui. Puis, dans un excès de zèle, il se mit à parler haut et fort comme il en a l'habitude sur son bateau.
"Mesdemoiselles, tout d'abord je me présente, mon nom est Dorghal ! J'espère que nous arriverons à nous entendre, hahaha ! Car je constate que aucuns de nous ne se "ressemble", je pense donc que si nous arrivons à trouver un terrain d'entente, nous pourrions nous compléter avec nos différentes capacités ! Pour ma part et sans me vanter, je me débrouille plutôt bien avec mes lames de corsaire, mes canons de navires (que je n'utilise que très rarement, je suis un pirate que de nom car je suis plus un marchand prônant le pacifisme mais sachant se défendre !) et avec toutes les armes que vous pouvez voir au sol là bas ! J'ai techniquement la capacité d'utiliser la glace comme tout bon Sydros, mais n'ayant jamais appris à l'utiliser et ayant découvert ma véritable origine que depuis peu de temps, je n'en suis qu'à un stade que je qualifierais de néophyte !"

Il voyait le regard un peu circonspect de ces femmes qui le regardait se dévoiler. Mais il en avait pas fini et après une courte pause pour boire et manger, le voilà reparti de plus belle !
" Pour tout vous avouer dès le départ et ne rien vous cacher, une part de moi sait très bien utiliser mon pouvoir des glaces, de façon innée certainement. Mais.. Comment vous dire ça..."
Il se prit la tête, chancela légèrement puis se leva brusquement. Son regard était bleu très clair et sa peau luisait légèrement d'un bleu similaire à ses yeux. Puis il s'exclama :"HAHA ON EST DEUX DANS CE CORPS !!! AHOY MESDAMES, VOICI SKRENTEROS !"
C'est d'une façon étrange qu'il se tût d'un coup de poing au visage et tomba au sol. Il se releva, puis d'une voix un peu déboussolée s'excusa :" veuillez acceptez mes plus sincères excuses, c'était ce dont je voulais vous parler, mais pas d'une façon aussi brutale... Pour finir avec ce que j'essayais de vous dire, le deuxième sait très bien utiliser les pouvoirs de glace. Seulement, comme vous avez pu constater, il m'est très difficile de le contrôler, ou même tout simplement de le contrôler. Je pense qu'il faut faire attention à ne pas lui faire confiance facilement, mais au vue de la méfiance que vous dégagez, je pense que niveau confiance vous êtes toutes très prudente hahaha !"

Au même moment, il entendit dans sa tête Skrenteros se moquer de lui :" T'es qu'un faible le pseudo pirate, t'excuser pour des broutilles.. Moi mon entrée j'ai trouvé que ça en jetais ! L'effet de surprise était magique, Hahaha ! Bref je te laisse à tes affaires puisque tu as décidé qu'il fallait pas que je me montre pour garder une ambiance calme, arrr."
Il utilisa son pouvoir de glace pour rafraîchir l'impact du coup qu'il venait de se mettre, se réinstalla et indiqua qu'il avait fini de parler. Il laissa donc la parole à qui la voulait.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Les dunes le Sam 12 Aoû - 0:19

La situation laissait Eska perplexe. D’où tous ces gens bruyants pouvaient-ils bien sortir ?
Elle fit rouler son amulette entre ses doigts en réfléchissant rapidement, fixant toujours la panthère de l’agile créature blonde qui avait enlevé son voile noir. La pierre bleue restait silencieuse, comme endormie, signe qu’aucun danger n’émanait des trois aventuriers qui mangeaient et parlaient autour de son feu.

-Très bien… puisque l’heure est aux présentations et que vous ne semblez ni hostile, ni intéressé par le contenu de mes sacoches, je vous accepte dans mon modeste camp. Je m’appelle Eska, et je suis une femme née de la folie d’un homme, dit-elle à l’intention de la jeune humaine. De ses expériences apparurent des créatures mi humaines mi animales, plus puissantes et plus agressives qu’un humain normal, mais qui furent alors les victimes des jugements des autres races.

Aux souvenirs des histoires tragiques que connut son peuple, elle se recroquevilla imperceptiblement sur elle-même. Puis elle secoua la tête pour effacer les images de grande cruauté qui ornaient les tapisseries des tentes de son clan. Les perles qui décoraient ses longs cheveux noirs émirent un cliquetis en s’entrechoquant.

-Je suis donc ici pour essayer de trouver une place pour mon peuple, parmi les vôtres, ajouta-t-elle en levant la tête vers ses invités aux origines si différentes. Et pour cela, je cherche la chance de faire mes preuves en tant qu’amie des plus faibles. En les protégeant face à une puissance inconnue et dangereuse qui les menace, par exemple.

Elle avait dit cette phrase dans le but de connaître un peu mieux la raison de leur présence dans le désert, et de vérifier les paroles de la femme au voile noir qui assurait qu’ils avaient la même quête. Avaient-ils eu vent également de l’attaque qui était à l’origine des morts atroces qui étaient survenues sur la route ? Mais est-ce que vous allez me voler cette occasion de montrer que les hommes-bêtes sont dignes de confiance ou allez-vous m’aider à me faire une place dans ce monde étrange ? se demanda-t-elle en avisant le pirate à la personnalité multiple. Un Sydros, d’où venait cette race ? Avaient-ils tous cette particularité qui faisait que Skrenteros était ici parmi eux ?

Le monde lui parut soudain très vaste. Combien comptait-il encore de créatures comme celles qu’elle avait devant elle ? Une lueur apparut dans son regard et elle se sentit gonflée d’une émotion qui se rapprochait de l’espoir. L’idée que des races autres que celle des humains puissent exister la faisait jubiler. En effet, elle avait l’impression qu’elle ne serait plus la jeune femme jaguar isolée et rejetée qu’elle avait été ces deux dernières années, depuis qu’elle avait quitté son clan et qu’elle avait tenté de vivre avec les hommes. Chassée, méprisée, victime de moqueries et de méfiance, les derniers mois avaient été un cauchemar pour elle dans les rues de Kargaal. A présent, elle avait en face d’elle des personnes qui lui parurent aussi insolites qu’elle devait paraître aux humains qu’elle avait rencontrés jusqu’à présent, et elle eut soudain une envie irrésistible d’éclater de rire. Elle ne put empêcher un sourire de barrer son visage tatoué.

-Je ne cherche donc en aucun cas le conflit, reprit-elle en se levant et en mettant les mains sur les hanches, mettant au jour, en soulevant sa cape noire, deux fines dagues qui pendaient à sa ceinture. Elle voulait que son geste témoigne à la fois du fait qu’elle resterait sur ses gardes mais que ses armes étaient bien rangées et visibles pour ne pas susciter la méfiance, à l’instar de Dorghal qui s’était défait de son attirail pour rassurer le groupe. Je ne peux donner ma confiance si facilement, messire pirate, mais nous avons un peu de temps pour mieux faire connaissance avant le petit matin, où je vous quitterai très certainement pour m’acquitter de mon devoir.
Elle se tourna vers la femme à la panthère.

-Vous avez peut-être raison : nous sommes sûrement ici pour la même chose, mais est-ce que ce sera en tant qu’amis ou bien en tant que rivaux ? dit-elle avec une lueur espiègle dans ses yeux dorés et un sourire qui dévoilait ses crocs acérés.

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Les dunes le Sam 12 Aoû - 11:15

Lin jeta un œil méfiant vers l’elfe lorsque celle-ci lui demanda de rester calme. Elle obtempéra, non désireuse en effet que cette soirée finisse dans une effusion de sang. Qui pourrait très bien être le sien au vu de la nature dangereuse des différentes races autour d’elle. Une femme-bête ? Elle n’avait encore jamais vu de créature similaire. Elle avait vaguement entendu parler de guerriers s’être faits attaqués par des créatures étranges à l’embouchure du canyon, mais, comme pour le Dragon, elle avait pris ces hommes pour des fous. Il semblerait qu’elle devrait davantage croire certaines rumeurs.

La surprise laissa Lin muette pendant quelques instants, lorsque le dénommé Dorghal leur fit une scène digne des plus grands théâtres de Kissam. Elle le regarda goûter une à une ses provisions pour prouver sa bonne volonté. Elle se ressaisit bien vite, écoutant les présentations de la femme-bête, Eska. Lin ramena ses mains devant elle et souleva le poncho pour se tourner et laisser voir la dague accrochée à sa ceinture.

- Je ne cherche pas le conflit non plus, tu vois, je ne suis pas aussi armée que toi, Pirate du Désert, les informa la jeune humaine en rabaissant son poncho, Lin est mon nom.

Ce qu’elle disait était vrai, c’était le seule arme qu’elle possédait. Elle distrayait ses victimes et Ténaris se chargeait de faire le reste. Voilà comment elles fonctionnaient. "Ne te laisse pas avoir par leurs belles paroles ! Laisse-moi les tuer… tu n’auras rien à faire." susurra Ténaris à son oreille. Elle cherchait à amadouer la jeune femme. Elle avait soif de sang, ici et maintenant. Mais Lin répliqua en serrant fermement la sphère dans sa main. Attaquer était une très mauvaise idée et elle ne la laisserait pas tuer ces personnes.

- Si tu dis encore quelque chose, je me transperce le cœur, chuchota Lin. Leurs âmes étaient liées, c’est pourquoi Lin savait que cette menace ferait mouche. Elle entendit Ténaris rire dans un sifflement strident et moqueur où perçait une pointe de haine.

Lin s’assit avec les autres, sortit ses propres réserves et décida de ne pas tourner autour du pot.

- Le désert est un lieu bien hostile pour qui ne connait pas ses dangers. Il regorge de créatures monstrueuses. Je le sais pour y avoir vécu quelques années. Mais le désert est un lieu bien mystérieux, et le danger qui menace les voyageurs en ce moment est une bête grande, affamée et surtout armée de griffes et de crocs acérés ! s’exclama Lin, elle n’a pas pu passer inaperçue à vos yeux et à vos oreilles. Est-ce cela que tu cherches pour « trouver une place pour ton peuple », Eska ?

L’humaine avait dit sa dernière phrase d’un ton amer. Elle ne pensait pas que tuer un monstre suffirait pour amener la confiance des hommes dans un peuple aussi étrange que celui-ci. Surtout si tous les autres étaient comme elle.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Les dunes le Lun 14 Aoû - 20:17

En entendant ainsi parler la femme-jaguar et Lin, Léonore ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amer. « Trouver une place pour un peuple, par les actes guerrier d’une personne isolée au fond d’un désert... ». Léonore elle-même n’avait pas réussi à trouver sa propre place en ce monde ... que pensait-elle pouvoir accomplir ?

- J’ai bien peur que tes actes n’atteignent jamais les personnes que tu espères faire changer dit-elle en regardant la femme-jaguar dans les yeux.

Cependant elle n’avait pas envie de dénigrer les actes de la guerrière, et n’était pas là pour donner des leçons. Il y avait un peuple en ce vaste monde qui avait toujours vécu reclus et pouvait accepter son peuple et l’aider à être accepté du reste du monde.

- Peu importe que ton peuple soit né de la folie d’un homme. Si jamais toi et ton peuple cherchez asile, sache que les elfes ont toujours accueillis les peuples comme les tiens.

Soudain Aywen se frotta contre l’elfe. Elle aussi avait faim, la journée avait été longue pour tout le monde. Léonore prit un morceau de viande au pirate du désert et le tendit à sa bête. La panthère émit un petit grognement de contentement.
L’archère ne s’était pas présentée, et à vrai dire, elle en avait peu envie. Elle avait toujours vécue dans l’ombre, avec comme seul compagnon son animal. Son but n’était que d’accomplir sa mission et de rentrer chez elle, elle n’avait pas envie de faire amis-amis avec un tel groupe ... Elle n’avait pas non plus envie de dévoiler ses dagues qui se cachaient sous sa veste. Elle soupira et leva la tête, observant longuement le ciel. Que les étoiles étaient belles par ici ... pourrait-elle encore les contempler dans l’herbe fraîche de son pays natal ? Elle secoua la tête et se reprit, l’heure n’était pas à la rêverie.

- Je m’appelle Léonore, je voyage toujours en compagnie de ma panthère, Aywen.  

L’animal leva la tête et les oreilles à l’appel de son nom puis jugeant que la situation ne nécessitait pas son intervention elle continua à déchiqueter sa viande d’un air satisfait. Lin avait décidé de passer à l’action en parlant du dragon, c’était une bonne chose. Le fait qu’elle ait ainsi parlé à Eska ne la dérangeait pas personnellement, mais elle avait peur que cela énerve la jeune femme alors que l'ambiance se calmait.

- Alors vous êtes aussi ici à cause de la rumeur du dragon ?

L’archère regarda à tour de rôle les deux femmes pour observer leurs réactions et déterminer si elle avait vu juste. Le pirate semblait être ici par pur hasard, elle ne prit donc pas la peine de l’observer.

- Seule, ni toi ni personne ne pourrait affronter un tel monstre dit-elle à l’égard d’Eska, le regard sombre.

Elle se tourna ensuite vers Lin :

- Si un tel monstre existe ... Elle retint sa respiration, cela la pesait de devoir dire une tel chose, mais elle n’avait pas vraiment le choix. Je pense que nous devrions nous unir pour l’affronter.

« Même s’ils acceptent, seules les étoiles savent si nous réussiront ... ». Même si Léonore n’aimait pas le travail en équipe, il fallait qu’elle trouve un groupe pour affronter un tel monstre. Et qui, mieux qu’une bande d’aventurier aussi étrange et hétéroclite voudrait aller affronter ce genre de créature au fin fond d’un désert ? Des soldats ? Elle rigola intérieurement, non ces bandes d’incapables préféraient rester bien au chaud au fond d’une caserne. Elle attendit patiemment que quelqu’un d’autre décline – ou accepte- ses arguments et sortit un morceau de pain elfique de ses sacoches.

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Les dunes le Lun 14 Aoû - 23:55

"MHWAHAHA ! Qu'elle ambiance bien tendue malgré les présentations et le fait que nous soyons réuni pour la même rumeur ! Mais je m'en vais de ce pas vous raconter une bien bonne histoire de mon crû, je pense que cela pourrait avoir son petit effet !"

Il chercha quelques secondes un petit quelque chose à raconter qui pourrait faire oublier la situation et l'ambiance qui régnait au sein de ce désert aride. Puis il se décida sur celle-ci et commença.
"Lors de mes premiers jours avec mon nouvel équipage constitués de membres provenant tous de régions différentes, qu'ils soient hors la loi ou bien prince, je les ait accueilli à mes côtés pour une exploration maritime. À bord de mon fidèle Silver Huntress (c'est ainsi que j'ai nommé mon premier navire hahaha !) Nous avons fait escale sur une île des plus étranges. Elle se présentait comme un zone complètement inédite : une île qui regroupait tous les différents climats possible de notre monde ! Des montagnes aux forêts en passant par un désert de sable ou bien de neige, il y avait tout ce qui constituait ce monde ! Nous avons donc visité la totalité de l'île, mais nous n'avons croisé personne, seulement des structures, des ruines et des villages abandonnés."

Il patienta un instant pour observer si son histoire était bien écouté par tout le monde puis repris de plus belle.
"Ha ce que c'était beau ! Pour vous illustrer, voici un dessin que j'ai effectué entre deux cartes pour les mers, le lieu était si original que je me devais de l'immortaliser !"
Il se leva un peu brusquement et sorti un bout de papier de sa veste qu'il déplia un grand nombre de fois. Il étala alors la feuille sur le sable au milieu de tous pour que tout le monde puisse voir, accompagné d'une carte vue du dessus de l'île qui montre tous les différents biomes.
"Ici, c'est ce qui s'apparente le plus à ma terre natale, l'endroit où on m'a donné la vie. Ici la zone est forestière et donc les elfes pourraient si plaire ! Tout ça pour vous dire que si vous cherchez une zone reculée où les peuples pourraient cohabiter et s'isoler pour diverses raisons, si un jour vous n'avez plus aucune raison de partir en aventure et que vous êtes seule, je pense que ce lieu peut être vraiment un lieu parfait hahaha !"

Il n'était pas sur de l'effet de ses dires et serra ses deux mains l'une contre l'autre en utilisant son pouvoir. il créa pour chacune de ses comparses une petite statuette à leur effigie.

"Hahaha voici un petit cadeau en plus, je ne sais pas si c'est bien fait vu que je suis assez novice dans l'utilisation de mon pouvoir, mais c'est une façon de m'entrainer ! J'espère pouvoir vous montrer ma bienveillance avec mes dires et mes actions ! Malgré mon air, je suis gentil vous savez, hahaha ! On peut me faire confiance, je n'ai aucuns a priori et je ne juge que par ce que les gens me montrent, ce qu'ils ont à l'intérieur ! Sur ce, je me tait, je ne voudrais pas monopoliser la voix MHWAHAHA !"

Il se posa, fit un tour de regards parmi l'assemblée, puis leva les yeux quelques secondes au ciel où il se perdit dans ses pensées.

"EH ARRÊTE DE RÊVASSER ! Tout le monde te regarde !" - "Oh, pardon, je songeais excusez moi mesdemoiselles !" (Et toi, Skren, pas besoin de me parler sur ce ton, tu parles trop fort ça résonne dans ma tête !"

Après cette légère altercation interne, il attendit qu'une autre personne prenne la parole, esquissant un sourire qu'il considérait comme rassurant et gentil.

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Les dunes le Mar 15 Aoû - 13:30

Eska regardait attentivement la statuette créée par Dorghal et qui la représentait. Elle avait un gros nez et il lui manquait une oreille : il manquait effectivement de l’entraînement au pirate. Cette fois elle éclata de rire devant le ridicule que dégageait sa miniature. Le sydros les enveloppait d’une aura légère qui contrastait avec la tension des évènements de la journée et qui créait une bulle qui se voulait rassurante autour du petit groupe. Ses histoires étranges les coupaient du monde extérieur, mais il fallait qu’elle se ressaisisse car elle avait un objectif à accomplir. Elle prit donc un air plus sérieux et jaugea Léonore, ainsi que l’humaine qui ne s’était pas encore présentée.

-Je ne cherche pas à changer les idées de toute une population, ni à seulement tuer une bête dangereuse, déclara-t-elle sur un ton doux, j’espère simplement qu’en aidant ces pauvres gens, en les protégeant, ils pourront au moins m’accepter comme je suis. Même si cela ne fait finalement que quelques personnes, ajouta-t-elle, ce sera toujours une victoire importante pour moi, car je me sentirai moins comme un monstre que comme une femme qui pourra compter sur d’autres personnes que celles de son clan. Et il faut bien commencer quelque part, je pense que vous savez comme moi que les tavernes de Kargaal ne sont pas vraiment des endroits où l’on peut se faire une bonne réputation, finit-elle avec un léger sourire.

Elle fit une pause et réfléchit quelques instants. Tous semblaient d’accord pour dire que la créature mystérieuse était un dragon, mais la femme-jaguar en doutait.

-Etes-vous sûrs qu’il s’agisse bien d’un dragon ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils. Lors de mon voyage j’ai entendu dire que ces créatures avaient disparu depuis bien longtemps. Pourquoi y en aurait-il un dans le désert si proche d’une ville aujourd’hui ? Je connais bien les animaux -mon clan en est composé à cinquante pour cent- et les dragons ne sont pas les seuls à pouvoir infliger de telles blessures à un homme. Avez-vous songé qu’il puisse s’agir d’un animal sauvage victime d’un trafic, et qui se serait échappé ? De nombreuses caravanes transportent des animaux dangereux entre Kargaal et Frahir-Kargal dans le but de les vendre, et certains arrivent à fuir de temps à autre. Si c’est le cas, il est certainement seul dans ce désert, il doit être affaibli en ce moment même, c’est pourquoi je ne pense pas que cela soit si difficile de le mettre hors d’état de nuire, dit-elle à l’intention de Léonore.

La jeune elfe avec sa panthère lui avait d’abord parut revêche, âpre et peu encline à la conversation. Mais son jugement avait changé lorsqu’elle lui avait parlé de l’hospitalité du peuple elfique. L’espace d’un instant elle pensa quitter ces régions arides qu’elle avait connues toute sa vie pour découvrir ce peuple gracieux dont elle n’avait jamais soupçonné l’existence. Mais elle oublia cette idée qu’elle garda tout de même dans un coin de sa mémoire : il y avait une créature à arrêter tout près d’eux, ce n’était pas le moment de chercher les solutions de facilité !

Léonore proposait de s’allier et de former un groupe pour affronter cette bête, mais Eska doutait de l’utilité d’une telle alliance pour les raisons qu’elle avait évoquées quelques secondes plus tôt. Elle réfléchissait tout de même à cette proposition lorsque son amulette, composée de différents petits fragments d’os sculptés dont le centre était orné d’une pierre bleue et brillante se mit à luire faiblement, lui indiquant la présence d’un autre être vivant potentiellement dangereux, dans les environs. Eska pensa à un chacal ou une hyène, curieux de voir une lueur dans la nuit, elle n’y prêta donc pas particulièrement attention aux premiers abords.

Elle mit l’amulette autour de son cou, se leva avec une grâce féline, serrant sa cape autour d’elle pour se protéger du froid de la nuit, et fit quelques pas pour se dégourdir les jambes. Elle fit le tour du campement et établit tout de même approximativement la position de l’animal. L’amulette pulsait imperceptiblement plus derrière Dorghal. La femme-jaguar se souvint qu’il y avait un nombre important de rochers dont certains atteignaient la taille de deux ou trois hommes à quelques dizaines de mètres dans cette direction. Ne voulant pas alerter le groupe si elle se trompait, elle se contenta de scruter rapidement l’obscurité que ses yeux de félin pouvaient percer plus aisément qu’un humain normal. Elle ne vit rien de particulier, mais elle savait que quelque chose se cachait derrière les rochers, elle décida donc de se planter près du pirate et garda tous ses sens en alerte au cas où l’animal décidait de se rapprocher.

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Les dunes le Mar 15 Aoû - 21:57

Lin écouta vaguement les histoires du pirate. Elles étaient amusantes et la statuette que leur tendit Dorghal était, pour elle, fantastique. Même si elle commença à fondre dès que la glace entra en contact avec ses mains. Elle la posa dans le sable à ses pieds et resserra les pans de son  poncho autour d’elle. L’air s’était rafraîchit et le froid de la nuit contrastait avec le chaud de la journée.

- Oui, je suis là pour le Dragon, répondit Lin à la question de Léonore, je vis à Frahir-Kargal, ce n’est pas dans mon intérêt de la voir tomber.

Elle réfléchissait aux paroles de l’elfe. Cette dernière avait parlé de former un groupe pour abattre la créature étrange qui s’attaquait aux voyageurs. Eska ne semblait pas de cet avis. Comme Léonore, Lin n’était pas sûre elle non plus de pouvoir venir à bout d’un tel monstre seule. Cependant, la mission n’était pas suicidaire, et si la tâche se révélait plus difficile que prévu après l’enquête effectuée, elle pouvait retourner à la guilde demander des renforts. Il s’était d’abord agit de se rendre compte de la situation. Et ensuite, la guilde aurait passé à l’action.

Elle regarda les deux anneaux noirs, tatoués sur son avant-bras droit. Et si elle allait avec ces étrangers pour tuer ce monstre que tous pensaient être un dragon, peut-être serait-elle mieux reconnue dans la guilde ? Peut-être aurait-elle droit à une chambre plus grande ? Ou avec une fenêtre donnant sur les étendues de sable du désert ? Cette perspective d’une chambre plus confortable la fit sourire.

- Moi j’accepte de faire partie du groupe, dit-elle. Il est inutile et dangereux de se voir plus fort que ce que l’on est. En l’occurrence, nous ne sommes pas vraiment sûrs de la nature du danger qui nous menace. Et nous seront incontestablement plus puissants ensemble. En ce qui concerne le soi-disant Dragon, je n’ai pas la certitude que ce que disent les rumeurs soient vrai. Cependant, Eska, je ne vois pas quelle créature peut laisser des traces de griffes de cette nature.

Lin s’arrêta quelques secondes pour réfléchir, car quelque chose d’autre avait retenu son attention lorsqu’elle avait vu les cadavres pour la première fois. Les brûlures. Certaines victimes semblaient avoir été brûlées, et elle ne connaissait aucun animal capable de faire cela.

- De plus, continua-t-elle, il me semble avoir vu des victimes brûlées sur les chariots des morts à Frahir-Kargal. (Elle se tourna vers le pirate) Vous qui semblez avoir beaucoup voyager, qu’en pensez-vous, Dorghal ?

Elle se tournait vers Dorghal lorsqu’elle vit la femme-bête se lever. Elle n’y prêta guère d’attention, se contentant de jeter un œil dans la direction qu’elle semblait scruter derrière le pirate. Elle ne voyait rien dans le noir de la nuit, si ce n’était des ombres mouvantes produites par les flammes du feu de camp. Elle détourna le regard, mais entendit le rire moqueur de Ténaris. Elle regarda Dorghal et chuchota pour le fantôme qui la hantait : « Pourquoi ris-tu ? » Le rire se fit entendre une nouvelle fois.

- Ténaris ? souffla Lin en se redressant légèrement inquiète de la réaction de l’elfe fantôme.

La jeune humaine était tendue mais ne savait pas pourquoi. Ténaris parla doucement : « Tu auras bientôt la réponse à toutes tes interrogations ». Elle fronça les sourcils, mais n’esquissa aucun mouvement. Elle détestait lorsque Ténaris était fâchée et ne lui disait pas tout ce qu’elle avait besoin de savoir. Toutefois, l’heure n’était pas à la devinette, et Lin espérait que les autres avaient pu récolter des informations plus intéressantes concernant le « Dragon ».

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Les dunes le Jeu 17 Aoû - 19:30

Les pitreries du pirate, avaient réussis à arracher un sourire sur le visage de l’elfe. Sur sa statue, ses habits noirs ne volaient pas dans le vent comme ils auraient dû et ses cheveux étaient cassés. Les traits de son visage étaient grossiers, et on ne distinguait pas vraiment sa bouche. En effet, il manquait d’entrainement, mais au moins il avait réussi à rapprocher les membres du groupe.
Mais la réaction de la femme-jaguar la dérangeait, elle ne semblait pas la croire. Cependant Léonore, même si elle aurait aimé se tromper, était sûre de ce qu’elle avançait. Elle avait bien vu les brûlures, tout comme Lin. Au moins, l’humaine semblait la croire, c’était déjà ça...
Le vent s’était remis à souffler de sa légère brise. Léonore remit son cache visage, elle n’aimait vraiment pas cet endroit... En journée il n’y avait pas assez de plantes ni d’ombre pour sa peau habituée à la pénombre. La nuit, les températures pouvaient devenir si froides qu’on avait retrouvé le corps de pauvres malheureux gelés au petit matin. Elle s’était mise à câliner son animal  pour oublier cela, elle semblait apprécier ce geste de compassion tandis qu’elle mangeait. Quand Léonore la vit s’immobiliser soudainement.

- Aywen ? lâcha l’archère, surprise.

La panthère se mit à humer l’air, lâchant son morceau de viande. Quelque chose la dérangeait. Soudain elle vit les pupilles de l’animal se dilater sous l’effet de la peur et elle se mit à frissonner. L’elfe s’inquiéta, ce genre de réaction ne lui était jamais arrivé, même lorsqu’elles avaient affronté un géant de deux mètres cinquante en armure. Elle posa sa main sur la tête de l’animal et se mit petit à petit à ressentir ce que la panthère ressentait.
Ça sentait la transpiration et le cuir. Le cuir ... ainsi qu’une légère odeur de charbon. L’instinct primaire de la panthère avait repris le dessus. Son sixième sens lui hurlait de fuir, si la bête en face d’elle voulait se battre, elle mourrait à coup sûr.
Léonore arrêta le sort et mis instantanément la tête au sol. Le sol ... tremblait légèrement, quelque chose approchait, quelque chose de lourd, très lourd ! Tous ses sens en alerte elle se tourna vers le pirate du désert. Elle vit que la femme-jaguar s’était levée elle aussi, même Lin semblait inquiète.

- Doraghal, il faut qu’on embarque sur ton bateau !

L’elfe pouvait entendre un léger bruit de respiration qui venait de derrière les rochers, dans la direction que scrutait Eska. Le monstre se rapprochait !

- Doraghal, il faut qu’on déguerpisse MAINTENANT !

Un grand bruit retentit derrière le pirate et le ciel s’embrasa. Léonore ne put voir qu’une demie seconde de la scène, mais ce qu’elle vit lui glaça le sang. La tête d’une bête ... d’un monstre, énorme. Sa peau était couverte d’écailles noircies, deux cornes, elles aussi recouvertes d’écailles partaient du dessus de ses yeux et se terminaient dans les airs. Des crocs grands comme des épées composaient sa bouche, des yeux injectés de sang, de la taille d’une masse croisèrent le regard de l’elfe. Un frisson lui parcourut l’échine. Ils n’étaient pas prêts ... à quatre ils n’avaient aucune chance !
Le ciel s’embrasa de nouveau et une boule de feu sifflante alla s’écraser dans une gerbe de flammes à l’endroit où se trouvait Eska un peu plus tôt.



Dernière édition par Léonore le Ven 18 Aoû - 10:19, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Les dunes le Jeu 17 Aoû - 22:20

"MON NOM EST DORGHAL ! D O R G H A L ! MERCI DE NE PLUS L'ÉCORCHER !"


Oui, il avait pris le temps de crier ces paroles à l'elfe qui s'était trompée. Au même moment, il gela entièrement le sol et construisit un grand mur de glace épais mais grossier entre la bête et eux.
Au même moment, il courut trois pas puis glissa jusqu'à ses armes qu'il raccrocha sommairement dans la précipitation.


"Tout le monde va bien ?" Pas de réponse. Il regarda tout autour de lui, vit que tout le monde était en vie.


"Est-ce que tout le monde à ses affaires ? On part dans la précipitation, ok mais il ne faudrait pas..."

Une boule de feu frappa le mur qu'il avait construit et un grand trou ornait son centre. Il combla et consolida le mur en espérant qu'il tiendrait le temps que le groupe s'en aille.
Il monta sur le bateau en ayant réussi à récupérer toutes ses affaires et commença à lever l'ancre, ouvrir la voile et bien orienter le gouvernail.
Il s'était préparé à toutes les formes de départs, qu'il soient désespéré ou très calme. Pour réunir tout le monde, il n'a trouvé à dire que ces simples paroles :

"QUE TOUT LE MONDE EMBARQUE, ON DÉGUERPI !!"

Il attendait alors, accroché au mât de son bateau du désert, le temps que tout le monde réagisse à son appel au rassemblement.

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Les dunes le Sam 19 Aoû - 12:36

La bête avait foncé vers eux à la vitesse de l’éclair. Cela n’avait duré qu’un battement de cœur, si bien qu’Eska n’avait pu que regarder bouche bée et le souffle coupé l’énorme monstre se rapprocher et fondre sur le groupe. Une boule de feu gigantesque lui passa au-dessus de la tête avant de s‘écraser avec fracas près du feu. La jeune femme leva les bras pour se protéger le visage des étincelles qui voletaient dans tous les sens et du sable dans lequel s’étaient mélangés des éclats de roches lorsque la boule avait touché le sol. Elle sentit l’un des éclats lui entailler l’avant-bras à travers ses brassards. Néanmoins, elle ignora la douleur et le chaos soudain en entendant Léonore et Dorghal les appeler pour se mettre à l’abri.

Eska avisa le bateau du pirate que celui-ci avait rejoint rapidement. Il n’était qu’à quelques foulées, mais son regard se posa sur sa lance qui était non loin du lieu où le sol avait été carbonisé. Pendant que Dorghal préparait le navire, et protégée par le grossier mur de glace qu’il avait créé, la femme-jaguar se propulsa en avant pour se saisir de son arme qui avait noirci à quelques endroits à cause de la chaleur de l’explosion. Elle se plaça alors avec courage, mais non sans peur, entre le dragon et le reste du groupe pour essayer de faire diversion et leur permettre de fuir plus facilement.

Des bruits sourds et profonds qui semblaient faire trembler le sol parvinrent à ses oreilles pointues qui localisèrent l’emplacement de la créature qui les attaquait. A travers les flammes du feu de camp qui brûlait toujours, elle pouvait voir sa grande silhouette noire et écailleuse finir de réduire en pièce le mur de Dorghal. Eska se concentra sur ses mouvements pour déterminer ses prochaines actions tout en reculant lentement vers le bateau, lance pointée vers le dragon. Ses pupilles s’étrécirent sous l’effet de la concentration alors qu’elle tentait de faire disparaître sa peur. Ses yeux jaunes aux pupilles verticales cherchèrent alors Léonore et Lin pour voir si elles avaient le champ libre pour fuir, surtout l’humaine qui était plus lente que les autres races du groupe.

Par précaution, elle se saisit également de son amulette et, toujours en menaçant le dragon de sa lance, elle la serra dans sa main en la reposant sur le manche. Une lueur intense et bleue jaillit entre ses doigts alors qu’elle commençait à appeler le pouvoir de la pierre. Elle savait qu’il n’était pas très puissant pour le moment mais cela pourrait toujours servir à distraire la bête.

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Les dunes le Sam 19 Aoû - 22:47

Lorsque le Dragon surgit de la nuit, Lin faillit ne pas réagir tant elle était stupéfaite. En temps normal, elle n’aurait pas eu de mal à esquiver un coup de poignard dans le dos, surtout si Ténaris montait la garde. Mais un Dragon ?! Alors même que la bête se trouvait grande et puissante sous ses yeux, elle ne croyait pas les informations que lui rendait sont cerveau.

Lorsque le Dragon cracha sa première boule de feu, Lin se propulsa en arrière maladroitement et roula sur le dos. Elle se releva tant bien que mal sur le sol peu stable, les dents serrées.

- Tu le savais ? hurla-t-elle à Ténaris, folle de rage. Par le Contemplateur aussi puissant et lâche qu’il puisse être !

Lin jurait en courant dans le sable, laissant derrière elle son sac contenant toutes ses affaires. Si elle retournait le chercher, elle ne pourrait pas atteindre le navire des sables à temps. Elle trébucha plusieurs fois et eut le temps de voir Eska se dresser face à la bête, après que la barrière de glace a été détruite. Une étrange lumière bleue était apparue entre ses doigts. Quelle était donc encore ce foutu tour de magie ? Et que faisait donc Ténaris ? Elle ne combattait pas les dragons, cette saloperie d’esprit vengeur et assoiffé de sang ?

Lin courait les dents serrées ; elle n’était pas sûre d’atteindre le bateau avant que le Dragon se désintéresse de la femme-jaguar. C’est d’ailleurs ce qu’il fit lorsqu’il vit sa petite silhouette passer devant lui en courant aussi vite qu’une flèche -certe, une flèche peu rapide, mais une flèche quand même. Dans sa panique, la jeune femme pouvait presque voir la bête se lécher les lèvres en pensant à son futur dîner. « Bon sang, bon sang, bon sang ! pensait-elle, mais plus vite petites jambes, vous voulez vous faire bouffer, bande de traîtresses ! »

La jeune humaine atteignit l’échelle du bateau qu’elle gravit le plus vite possible, aussi agile qu’un singe. Arrivée sur le pont, elle se retourna pour contempler le spectacle d’Eska qui reculait toujours vers le navire, mais qui ne pouvait l'atteindre sans se retrouver à la merci du monstre.

- Eska ! l’appela-t-elle, Ténaris, viens lui en aide, distrais le dragon.

Alors que Lin disait ces mots, un soupire se fit entendre, et une ligne lumineuse apparut doucement au milieu de sa poitrine. Elle s’allongea et, au bout du fil, une main sortit du néant. Puis, suivit une tête et un autre bras. Une femme émergea, comme si elle sortait d’un trou creusé dans l’air. Ses cheveux étaient très longs, lisses et blancs comme la neige. Ses yeux étaient rouge comme le sang. Son corps étaient translucide et luisait dans la nuit.

Elle sourit, pleine de joie, la peur ne semblait pas l’atteindre. Elle fondit sur le Dragon, et, quand elle se trouva à portée de couteau, une dague apparut dans sa main qu’elle abattit sur l’œil du Dragon. Celui-ci, surpris, avait, hélas, eut le temps de fermer ses paupières. La dague rebondit et écorcha à peine les écailles noires de la bête, qui se retourna pour suivre des yeux cet étrange casse-croûte luisant.

Ces attaques ne tueraient peut-être pas la créature affreuse qui se trouvait face à eux, mais cela laisserait peut-être le temps à Eska de courir vers le navire. Elle n’avait cependant que très peu de temps, car Ténaris ne pouvait se matérialiser de la sorte que pendant 45 secondes. Auxquels suivaient trois heures pendant lesquelles elle ne pouvait plus être invoquée.

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Les dunes le Jeu 24 Aoû - 18:08

Le dragon avait surgit, tout le monde semblait cependant avoir eu le temps de réagir. Eska s'était mise entre le navire et le dragon et semblait essayer de faire gagner du temps à la compagnie. Lin aussi était passé à l’action. Un frisson avait parcouru l’échine de Léonore. Un esprit était sorti de sa poitrine. Elle connaissait ces créatures, elle avait déjà assisté à ce genre de scène dans son pays natal. Ces créatures étaient des gens torturés, déchirées par la douleur, leur âme tourmentait continuer à errer dans la nature alors que leur corps se réduisait en poussière. Cet esprit devait surement hanter la jeune femme …

Malgré la force et les frappes de la créature, le dragon semblait ne ressentir aucune douleur… il fallait quelque chose de plus puissant. Léonore siffla et Aywen monta d’un bon rapide sur le bateau du pirate. Léonore la suivit en grimpant le long d’une échelle sur le bord de la coque du bateau. Elle sortit une flèche de son carquois et banda son arc. Elle était tendue, et la peur ralentissait ses mouvements. Il ne fallait pas qu’elle rate ! Elle se concentra plus encore et lâcha sa flèche. Son arc n’était pas ordinaire, c’était un arc particulièrement puissant, donné seulement aux maîtresses de l’ombre. La flèche se tordit sous la force du lancé, le bois craqua dans les airs et elle finit sa course plantée dans une écaille du dragon, juste à coté de son œil. La bête ne sembla pas ressentir de douleur mais se tourna quand même vers l’elfe en hurlant de colère. « Merde ! Il me faut quelque chose de plus puissant ! ». Léonore se tourna vers le capitaine de bord en sortant une autre flèche :

- Dorghal, utilise ta magie de glace sur ma flèche, mets y tout ce que tu as !!!

- YAAAAAAAAR, Skren va utiliser toute sa magie !

La flèche de l’archère fut entièrement recouverte de glace et quadrupla de taille, son poids devait attendre les deux kilos. « Ca va le faire, ca va le faire, ca va le faire !!!! ». Le dragon commençait à se rapprocher du bateau en ligne droite.
Léonore savait qu’il était là, près à fondre sur le pirate et elle. L’elfe se retourna, banda son arc et tira sans réfléchir. L’objet partit à toute allure, suivit par une trainée de glace. Le temps sembla soudainement plus long pour Léonore. Le projectile parcourut une trajectoire quasi linéaire pour aller se planter au milieu de l’œil gauche du dragon.  Le projectile éclata, gelant la surface de l’œil du dragon qui hurla de douleur.

- MONTEZ A BORD !!!

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Les dunes le Sam 26 Aoû - 16:30

Après avoir aidé Léonore à attaquer le dragon, Dorghal s'attela à la barre du bateau. Il entendit que le dragon se déchaînait à l'arrière et sentait une grande chaleur dans l'air. La nuit n'était qu'un souvenir car les flammes éclairait le ciel de toute sa force.
Il sentait que la situation pouvait tourner au désastre. Il demanda alors à Skrenteros de faire en sorte de piéger la bête pour pouvoir la distancer.

"C'EST PARTI, ON VA GELER CE TRUC QUI CRACHE DES FLAMMES !"

Il commença alors à geler le sol en un instant, simplement en plantant la lame de son épée dans le sable, ce qui en plus fit un point d'appui au bateau pour un virage plus serré. Il ouvra un sac qui se trouvait à ses pieds où se trouvait des couteaux de jet qu'il ramassa. Il jeta alors un couteau dans le sol à proximité du dragon qu'il avait empli de glace. Au moment où il toucha le sol, un imposant pilier de glace se forma et dépassait la bête.
Il entreprit alors de faire le tour du dragon grâce au bateau et lançait des couteaux tout autour de lui pour former une enceinte de glace très solide et haute. Après avoir fini le tour du dragon, il lança rapidement de nouvelles lames dans le ciel.
De nouveaux piliers se formèrent sur ceux déjà créés et constituèrent une sorte de toit par dessus l'enceinte déjà présente. Il continuait de balancer des couteaux dans tous les sens dans le but de consolider la structure. De ce fait, des piliers sortirent du sable de biais pour venir se coller aux piliers muraux. Un grand sourire qui laissait apparaître ses dents légèrement pointues ornait son visage. Oui, il était fier de sa création, mais cela n'empêchait pas celle-ci d'être détruite par son détenu.
"C'EST TON TOUR, PREND LA BARRE !"
Dorghal repris le contrôle de son corps et fonça vers les demoiselles.

"MONTEZ !"
Il tendait la main, espérant pouvoir aider avant que le dragon ne brise le tombeau de glace de Skrenteros.

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Les dunes le Sam 2 Sep - 21:20

Eska profita de la diversion créée par ses trois compagnons pour courir. Autour d’elle s’était installé un chaos qu’elle n’aurait pu imaginer. Il lui semblait qu’il pleuvait des colonnes de glace, elle pensait avoir eu une hallucination, mais une autre créature étrange les avait rejoints, glace et feu se mêlaient dans son champ de vision et des bruits de fin du monde lui écorchaient les oreilles. Mais malgré la situation incompréhensible et en se protégeant du mieux qu’elle pouvait, elle s’élança vers le navire aux appels de Dorghal et Léonore. Son agilité de femme jaguar lui permit d’éviter les projectiles qui tombaient de toutes parts à cause du combat inégal qui se jouait entre le dragon et les jeunes gens.

Le navire tournait autour du dragon, piégé dans sa prison de glace qu’il détruisait au fur et à mesure. La jeune femme se positionna donc dans la trajectoire du bateau, suffisamment à l’écart des morceaux de glaces qui se détachaient des colonnes sous la force des coups du monstre. Eska avisa alors Dorghal qui tendait la main pour essayer de l’aider. Elle attendit encore quelques secondes que le navire se rapproche et sauta pour attraper le pirate. Elle se cramponna pendant que les monticules de sable défilaient sous ses pieds. Elle chercha un appui pour sa jambe et se propulsa avec une grâce féline sur le bateau.

Cependant, au moment où elle allait toucher le pont, une bourrasque puissante et glacée surgit derrière eux et gonfla la voile. Le navire pris une soudaine accélération qui créa un choc violent qui l’ébranla de la proue à la poupe, déséquilibrant la jeune femme qui trébucha. Son dos percuta le bastingage et elle se sentit chuter. Son regard se posa un instant sur une silhouette près d’elle : Lin. Par réflexe, elle tenta de s’agripper à la jeune femme, mais sa prise était trop instable et elle sentit le vide la happer.

Eska tomba pendant quelques secondes avant de percuter durement le sol sablonneux. Elle glissa et fit des rouler-bouler sur plusieurs mètres, puis s’arrêta enfin, au pied d’une dune. Elle leva la tête et s’ébroua pour se débarrasser du sable qui s’était insinué dans ses oreilles, sa bouche et ses yeux. Sa vision était trouble à cause du choc, elle secoua la tête et vit alors le navire s’éloigner dans les ténèbres. Elle jura tout bas en sentant une atroce douleur lui parcourir la colonne et plusieurs points de son corps.

Soudain, un cri de colère déchira l’obscurité, la faisant sursauter ; le dragon s’était libéré et hurlait sa frustration. L’espace d’un instant elle avait totalement oublié sa présence et son cœur s’emballa. Mais elle secoua une nouvelle fois la tête pour reprendre ses esprits tant bien que mal avant de se ressaisir : après tout, il ne savait pas qu’Eska n’était plus sur le navire, mais à seulement quelques dizaines de mètres de ses crics acérés. La jeune jaguar se baissa et avança lentement en essayant de garder les cris du monstre derrière elle, tout en longeant le pied des immenses collines de sable. Elle pria pour trouver un abri où se cacher et tenta de calmer son cœur qui battait à tout rompre à cause de la peur. Ils n’avaient pas réussi à vaincre la grande créature à quatre –ou cinq ?-, toute seule, elle n’avait aucune chance…

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Les dunes le Dim 3 Sep - 12:37

Le chaos semblait s’être abattu sur la petite troupe nouvellement constituée. Malgré le temps que Lin avait essayé de gagner avec Ténaris, cette dernière disparut bien vite lorsque son temps fut écoulé. Heureusement, Dorghal, Skrenteros et Léonore prirent la relève, et Aïlina n’eut d’autre choix que de regarder, impuissante, les dégâts que ses compagnons infligeaient sur le Dragon. Elle voyait qu’elle n’était pas de taille. Mais qui pouvait l’être ?

Dorghal, Eska, Léonore, tous montrèrent leur habileté, et la jeune femme fut impressionnée par les colonnes de glace du Sydros. Dans sa courte existence, elle n’avait jamais vu une de ces créatures fantastiques à l’œuvre. Il y en avait bien dans la guilde, mais elles étaient peu, et elle ne les avait encore jamais croisé.

Depuis le pont du navire des sables, elle restait tétanisée en voyant le Dragon se débattre dans sa prison de glace. « Le monde est devenu fou » pensait-elle, n’en croyant toujours pas ses yeux. Les Dragons avaient disparu et voilà qu’elle se retrouvait au milieu du désert, en train d’en combattre un. Elle était toute à sa condition d’hébétude, mais il suffit de quelques secondes pour la ramener à la réalité et recouvrir la faculté de réfléchir.

Elle se retournait pour aider à la manœuvre du navire, malgré son manque d’expérience, quand elle vit Eska grimper par-dessus le bastingage. Ils étaient donc tous sains et saufs à bord du navire. Alors que cette pensée traversait son esprit, le vent se leva, comme pour accompagner leur fuite. Cependant, il arriva un peu trop tôt. Eska n’avait pas encore posé le pied sur le pont. Dans son élan, elle ne trouva pas d’appui et commença à basculer vers l’arrière du navire qui filait à vive allure. Malheureusement pour Lin, cette dernière se trouvait sur la trajectoire de la chute de la femme jaguar. Eska attrapa le poncho de Lin, qui tenta de s’agripper au bastingage. Le choc du poids de la femme bête envoya l’humaine valser par-dessus bord.

Lin vit le sol s’approcher à vive allure et tomba tête la première dans le sable. Le navire, propulsé par le vent froid du désert, eu vite fait de l’ensevelir sous une couche de sable avant de disparaître. Le Dragon, lui, furieux, se défit de sa prion gelée et poussa un cri retentissant. Il s’élança à la suite du bateau, sans voir la jeune femme. Celle-ci attendit quelques minutes avant de se redresser difficilement.

Lin resta assise par terre, les bras endoloris d’avoir amorti sa chute. Elle regarda calmement autour d’elle, davantage parce qu’elle n’avait pas compris ce qui s’était passé que parce que son esprit faisait preuve d’un calme olympien. Le silence était revenu dans le camp, maintenant détruit, à une vingtaine de pas de là. Lin cligna des yeux plusieurs fois. Le feu avait pris sur certains arbres, déjà presque morts à l’origine. Là-bas, cette espèce de chose carbonisée devait être son sac où elle rangeait toutes ses affaires. Le sable avait été sauvagement remué. De la glace, du bois brulé, du sable, du feu, tout cela tournait devant les yeux de Lin. Mais elle ne voyait pas la femme jaguar.

- Eska ? appela-t-elle doucement, de peur qu’une autre créature ne surgisse de l’ombre.

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Les dunes le Mar 5 Sep - 22:27

Lorsque le dragon fut dans sa prison de glace, Léonore pensa qu’ils étaient tirés d’affaires. Elle se tourna vers ses compagnons, pleine d’espoir, jusqu’à ce qu’elle voie Eska passer par-dessus bord, entrainant Lin dans sa chute.
Elle jura et se précipita vers le bord du navire. Lin était tombée dans les dunes de sables, la tête la première, elle ne semblait pas bouger. « Merde, elle est inconsciente ! ». Elle scruta ses alentours… « Et son fantôme est parti ! ». Eska quant à elle était au pied d’une dune et l’elfe ne parvenait pas à voir autre chose que ses pieds.

Elle se tourna vers Dorghal, il était à la barre du navire et l’elfe doutait qu’il puisse la redresser suffisamment pour récupérer les deux membres du groupe. A moins que le tombeau de glace ne… Un grand bruit de glace brisé retentit et le dragon furieux brisa définitivement sa prison de glace. « A deux… nous n’avons aucune chance… ». Elle se tourna vers le pirate, l’air sombre.

- Dorghal, tu peux les récupérer ?

Elle doutait vraiment que le pirate accepte ... Dépitée, elle encocha quand même deux flèches à son arc et attendit une réponse du pirate. Le temps semblait s’écouler lentement ... très lentement. Elle pouvait voir le dragon, à plusieurs dizaines de mètres d’eux. La gueule grande ouverte, il hurlait de rage. Sa blessure à l’œil ne semblait pas mettre ses jours en danger. Toutes les blessures extérieures qu’ils lui avaient infligées ne semblaient pas l’avoir fait souffrir. « Toute blessures extérieure est inutile. Si seulement on pouvait l’attaquer de l’intérieur... ». L’idée apparut par hasard dans son esprit. Et si ... elle visait l’intérieur de sa bouche ? Peut-être qu’elle pourrait lui faire ressentir un peu la douleur des flèches elfiques. Cependant elle attendit d’abord la réponse du capitaine. S’il voulait fuir, elle tirerait dans la bouche de la bête, espérant toucher et que cela détourne son attention. Cela pourrait aider Lin et Eska à s’en sortir. Du moins, c’est ce qu’elle espérait.

Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Les dunes le Mar 5 Sep - 23:29

Bien évidemment, la fuite était la seule option face à une telle bête. Dorghal savait que sa prison se briserait tôt ou tard, mais c'est avec espoir qu'il tourna la tête en sachant que tout le monde était sur le bateau. Du moins c'est ce qu'il croyait car en tournant la tête, la seule chose qu'il aperçu, c'est Eska et Lin tomber du bateau. Impuissant face à la situation, il resta bouche bée.

Un grand moment d'absence le frappa et rien ne pouvait plus l'énerver que de faillir à sa mission principale : toujours prendre soin de son équipage. Quand Léonore lui demanda s'il pouvait les récupérer, il attrapa les flèches de l'arc de l'elfe pour y ajouter sa magie, et lui répondit :
"Tire tout ce que tu as, on va tout faire pour attirer le dragon sur nous pour permettre aux filles (si elle sont en vie, ce que j'espère) de pouvoir fuir sans trop d'encombres. De toute façon, le bateau ne peut plus s'arrêter, il a subit trop de dégâts au niveau de la coque. Alors tant qu'on garde de la vitesse, le sable ne s'infiltre pas, mais si on s'arrête, le bateau va "couler", attirer le dragon est donc notre dernier moyen d'aider un temps soit peu les demoiselles."

Il était au courant que ce monologue était bien trop long pour la situation, mais c'était sa manière de s'auto rassurer dans ce genre de situation. Il préférait largement être franc sur la situation même si elle est critique, cela lui permettait d'être lucide, de bien analyser les chances de s'en sortir. Ici, attirer le dragon loin de la zone puis de le bloquer pour pouvoir le fuir était bien la seule chance de survivre de façon presque certaine. Il bloqua la barre pour que le bateau fonce en ligne droite, attrapa deux de ses lames et frappa comme un sourd la barre en fer qui ornait le contour du bateau.
"VA Y SUIS NOUS, IL PARAIT QUE J'AI BON GOÛT ! ALLER FONCE ET FAIT VITE !"
Il ne pouvait pas s'empêcher de penser que c'était un plan assez bancal, mais ça devait marcher pour que les deux filles aient une chance de survie elles aussi.
Le bateau fonça de plus belle, laissant le campement précaire loin derrière lui.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum